Contact  | Plan de site  | Mentions légales  |  | Login  |  
 
 
laboratoire agronomie et environnement

Problématique générale de l'équipe


Les recherches de l'équipe "Agriculture Durable" (AD) sont centrées sur la mise au point de méthodes d'évaluation de l'impact des techniques de production végétale sur l'environnement (air, eau, sol, biodiversité, paysage, énergie) pour en améliorer la durabilité environnementale. Ces travaux ont débuté en 1993 à l’initiative de P. Girardin, en collaboration avec l’Association pour la Relance Agronomique en Alsace (ARAA), et ont été pionniers dans le domaine de l’évaluation agri-environnementale à l’aide d’indicateurs. L’équipe a d’une part travaillé sur le développement d’indicateurs agri-environnementaux qui ont été regroupés par la suite sous la méthode INDIGO®, et d’autre part des questions méthodologiques autour de la construction d’indicateurs, de l’agrégation, de la validation, et du changement d’échelle, etc.
Le projet actuel de l’équipe, s’est recentré sur la thématique de l’impact des systèmes de culture et des systèmes techniques fourragers sur la biodiversité et ses services (régulation des ravageurs, pollinisation, production fourragère, conservation d’espèces patrimoniales, etc.).
L’équipe contribue au champ thématique 1 du département Environnement et Agronomie de l’INRA : Agronomie systémique et bases biophysiques de la gestion des écosystèmes (Champs thématiques INRA EA).

 

Projets de recherche en cours


Le projet actuel de l’équipe consacré à la biodiversité s’organise autour de 3 axes :
- L’axe 1 a pour objectif le développement d’indicateurs évaluant les impacts sur la biodiversité ;
- L’axe 2 est centré sur l’étude des effets des systèmes de culture et des systèmes fourragers sur la biodiversité et ses services. Cet axe vise à acquérir par des expérimentations et des suivis in situ des connaissances supplémentaires afin d’alimenter l’axe 1 ;
- L’axe 3 vise à intégrer les acquis dans la méthode INDIGO® et à l’amélioration de celle-ci en partenariat avec l’ARAA dont l’équipe accueille à Colmar 2 ingénieurs à temps partiel.
Pour l’ensemble de ces travaux, les échelles étudiées vont de la parcelle au territoire (d’une exploitation, d’un bassin versant ou d’une petite région agricole).
Les travaux sur des indicateurs biodiversité ont débuté dans les années 2000 avec le développement d’un indicateur de valeur cynégétique des milieux agricoles (thèse O. Keichinger) et la création d’un modèle opérationnel Flora-Predict (thèse F. Pervanchon) évaluant l’effet des pratiques de gestion des prairies sur la diversité végétale. Plus récemment, un prototype d’indicateur sur la régulation des ravageurs par les carabes a été développé à l’échelle du territoire (thèse B. Clergué). Actuellement l’équipe a différents projets en cours sur le développement d’indicateurs de diversité végétale, en grandes cultures et systèmes prairiaux à l’échelle parcellaire et à des échelles supérieures, ainsi que sur les services associés : régulation par les carabes, pollinisation, valeur patrimoniale principalement. Dans l’axe 2, l’objectif est de caractériser par une approche taxonomique et fonctionnelle (traits de vie des espèces) les déterminismes de la distribution des espèces végétales au sein d’une parcelle et à l’échelle d’un territoire sous l’influence des pratiques agricoles. Des travaux sur les mécanismes de dispersion des espèces végétales dans le paysage sont aussi en cours dans cet axe. Enfin dans l’axe 3, un projet de d’informatisation de la méthode INDIGO®, avec accès et possibilité de calcul via une interface internet, vient de débuter.

Thèses en cours :
Charles RICOU (thèse MENRT) : Mise au point et validation d’un indicateur évaluant les effets des pratiques agricoles sur des services assurés par la biodiversité. Application aux parcelles de grandes cultures, aux bordures de champ et au territoire agricole
Audrey MICHAUD (thèse Casdar prairies, thèse CIFRE Institut de l’Elevage) : Evaluation des services fourragers et environnementaux rendus par les prairies permanentes en France
Simon TAUGOURDEAU (thèse INRA projet européen MULTISWARD) : Indicateurs pour l’évaluation de l’effet des pratiques agricoles sur les services liés à la biodiversité des prairies permanentes en Europe
Aline CHANSEAUME (thèse Casdar Indibio) : Évaluation et prise en compte de la diversité végétale dans les systèmes d'élevage et les espaces agricoles associés : contribution à une trame verte
Thèse Abdelhak ROUABAH (thèse cofinancée INRA-Région Lorraine) : Elaboration d’ indicateurs d’impact des pratiques de gestion des bordures de champs sur le niveau de régulation exercé par les organismes auxiliaires terrestres sur les populations de phytophages invertébrés

Projets en cours :
Projet européen Multisward (2010- 2014)
Multi-species swards and multi scale strategies for multifunctional grassland-base ruminant production systems
Au sein du projet européen Multisward (multisward) le rôle de l’équipe AD est de développer des indicateurs pour évaluer les impacts environnementaux (biodiversité, GES, énergie, ...) de systèmes fourragers basés sur des prairies multispécifiques. Ces indicateurs concernent à la fois l’échelle de la parcelle de prairie, et l’échelle de l’exploitation agricole. Ils sont soit issus de modèles existants, soit d’indicateurs développés dans le cadre du projet. Une validation de ces indicateurs sera réalisée sur un jeu de données européen (F, CH, N, UK, I)
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Sylvain Plantureux (WP3)
Partenaires : Agroscope Zurich, INRA Clermont Ferrand et Rennes


Projet national ANR Systerra Advherb (Gestion agro-écologique de la flore adventice dans des systèmes à bas niveaux d’herbicides) (2009-2012) :

Ce projet de recherche vise à identifier et évaluer des solutions de gestion des systèmes agricoles à faible usage d’herbicides dans un contexte d’agriculture durable (i.e., soucieuse d’une gestion durable des ressources naturelles), radicalement en rupture de l’agriculture productiviste. Nous nous proposons de (i) clarifier les relations entre communautés adventices, rendement et herbicides, (ii) d’analyser le rôle fonctionnel des adventices dans les agro-écosystèmes, (iii) d’identifier les mécanismes et processus sous-jacents à ces relations, (iv) d’étudier et tester expérimentalement des scénarios alternatifs en zone de céréaliculture intensive, intégrant tous les leviers fournis par les systèmes de cultures, y compris les options de l’insertion de prairies dans les rotations et de bandes enherbées (éco-conditionnalité) et (v) de quantifier les coûts et bénéfices environnementaux de ces scénarios en utilisant une large gamme d’indicateurs.
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Bernard Amiaud (WP3 et WP5), Christian Bockstaller (resp WP5)
Partenaires : Sandrine Petit (INRA BGA Dijon,responsable du projet), BGA Dijon, CNRS Chizé

Projet national ONEMA GUIDE (Guide méthodologique pour une Utilisation pertinente des Indicateurs relatifs aux proDuits phytosanitairEs) (2010-2012):
les objectifs sont de : (i) Compléter la mise à jour de l'inventaire descriptif des indicateurs phytosanitaires, en élargissant le champ aux indicateurs de pratiques et de pression, et aux nouveaux outils, (ii) identifier les différentes situations d'usages d'outils d'évaluation de conduites phytosanitaires auprès des acteurs concernés : acteurs du développement agricole, collectivités territoriales, etc. et appréhender leurs besoins en matière d'indicateurs, les données qu'ils mobilisent et les échelles spatiales et temporelles d'acquisition et de résultats attendus, (iii) proposer un guide méthodologique de recueil et de description détaillée des indicateurs, et d'aide au choix pour une utilisation pertinente selon les usages, objectifs et contraintes des utilisateurs, (iv) identifier in fine au travers de ce travail les pistes de recherche et d'action à engager pour combler les carences relevées. Le travail s’appuie sur un groupe technique d’experts animé par ONEMA pour appuyer et piloter cette action.
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Christian Bockstaller (co-animateur du projet)
Partenaires : Nicolas Domange (ONEMA animateur), INRA Agronomie et EGC Grignon, Cemagref Bordeaux et Lyon, ACTA, Footways, ANSES, Agences de l’Eau Loire Bretagne et Rhin-Meuse

Projet national PLAGE (Plate-Forme d’évaluation Agri-Environnementale), (2010-2012):
Les partenaires du projet PLAGE, retenu à l'appel à projet CasDar 2007 et financé pour la second phase par Ecophyto, travaillent à l'élaboration d' une plate-forme permettant de mutualiser les compétences, de rassembler les informations sur les indicateurs et outils existants et de donner accès à ces outils et données. Cette plateforme permettant de choisir en fonction des besoins et d'en faciliter l'utilisation s'adressera via internet aux organismes de recherche et développement agricole, aux organismes professionnels et aux pouvoirs publics.
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Christian Bockstaller (animateur scientifique)
Partenaires : Marie-Béatrice Galan (Ambre, chef projet), Agro-Transfert Picardie, Ch Rég Agric. Picardie, Poitou-Charente, Bretagne, INRA Agronomie Grignon, Laon-Mons

Projet national RMT Systèmes de culture Innovants (SdCI) (2008-2012):
Le RMT Systèmes de culture innovants concerne la mise au point de systèmes de culture innovants répondant aux enjeux du développement durable, dans les exploitations avec cultures assolées ou en polyculture-élevage.Il a pour objectifs de :
1- mettre en place un réseau de compétences ;
2- proposer des démarches opérationnelles pour la conception et l’évaluation des systèmes innovants
3- organiser un réseau d’expérimentations multilocal et pluriannuel pour tester les plus prometteurs.

Correspondant Equipe Agriculture Durable : Christian Bockstaller (animateur atelier biodiversité)
Partenaires : Marie-Sophie Petit (Ch Rég Agric. Bourgogne animatrice), Raymond Reau (Agronomie Grignon animateur), André Chabert (ACTA, animateur Partenaires atelier Biodiversité : CA 17, 58, 79, CETIOM, EPLEFPA Quetigny

Projet national Casdar : Les entomophages en grandes cultures : diversité, service rendu et potentialité des habitats (2009-2011):
Ce projet a pour objectif de mesurer le service écosystémique rendu par les auxiliaires entomophages. Pour cela, la première étape est de tester les méthodes existantes, ou de construire des méthodes innovantes, afin d'évaluer ce service. Partout en France, des préconisations d’aménagement sont déjà existantes. Il s'agit donc également de compléter ces préconisations et de fournir des évaluations chiffrées afin d'appuyer le conseil existant (en favorisant la lutte biologique). Par ailleurs, des inventaires de microfaune auxiliaire en zones agricoles sont prévues (et en cours) dans quatre régions différentes en France, ce qui doit compléter les inventaires naturalistes conduits plutôt en zones remarquables, et permettre de connaître la contribution du milieu agricole à la création d’habitats pour cette faune particulière. Enfin, l’évaluation des bénéfices d’un même aménagement pour les différentes fonctions qu’il peut remplir (protection de la qualité de l’eau, aide à la production agricole) est encore peu explorée. Ce projet doit pouvoir apporter des éléments de réponse chiffrée à ces questions.
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Françoise LASSERRE-JOULIN
Partenaires : ARVALIS Institut du végétal, ACTA, CETIOM, ITB, ITAB, Chambre Régionale d'agriculture de Picardie, INRA SAD-Paysage, UMR INRA/Agrocampus Rennes 1099 [BiO3P],

Projet national Casdar Polinov (2010-2012)
Les objectifs du projet sont :
- Adapter les outils (modélisation et analyse multicritère) et les méthodes à l’enjeu de préservation des abeilles pour évaluer ex ante et ex post (expérimentation au champ) les performances des prototypes de systèmes de culture proposés en faveur de cet enjeu (biodiversité des abeilles sauvages et état de santé du cheptel apicole) comme sur d’autres enjeux importants à prendre en compte.
- Concevoir et évaluer des systèmes de culture innovants répondant aux enjeux de la protection des abeilles et de la durabilité de l’apiculture, en recherchant un compromis entre leurs exigences et celles de durabilité des productions dans des exploitations de grandes cultures annuelles.
- Acquérir des données sur le terrain pour établir un état des lieux de l’impact des systèmes actuels sur les abeilles et pour explorer les sources d’innovation alimentant le travail de conception des systèmes de cultures innovants, tout particulièrement face à la double problématique de la disponibilité des ressources dans le milieu et des effets non intentionnels des stratégies de protection des cultures.
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Sylvain Plantureux (WP1), Christian BOCKSTALLER (WP2)
Partenaires : Axel Decourtye (ACTA, chef projet), CNRS Centre d’Etudes Biologiques de Chizé, INRA -UEentomologie Le Magneraud, INRA Abeilles et environnement Avignon, ARVALIS - Institut du Végétal, CETIOM, CNDA

Projet national Casdar Indibio (2011-2013)
Les objectifs du projet consistent à identifier sélectionner et valider des indicateurs pertinents scientifiquement et ayant du sens pour les agriculteurs permettant de réaliser un diagnostic global d’exploitation du point de vue de la biodiversité et traduire l’impact de leurs pratiques. Plus précisément il s’agit de :
- valider scientifiquement des indicateurs indirects mesurant les infrastructures agro-écologiques présentes sur une exploitation comme indicateur de diagnostic global
- identifier et sélectionner quelques indicateurs de pratiques et les valider en les reliant avec des impacts quantifiés sur la biodiversité
- évaluer la pertinence de ces indicateurs du point de vue de l’agriculteur
- évaluer des approches en matière d’agrégation de critères et leur acceptabilité par les agriculteurs. - évaluer et hiérarchiser avec les outils obtenus un certain nombre de systèmes d’élevage et de polyculture-élevage du point de vue de la biodiversité
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Bernard Amiaud
Partenaires : Vincent Maneville (Institut Elevage, chef projet), INRA URH Clermont, INRA Agronomie Grignon, France Nature Environnement, UMR Agronomie AgroParisTech

Projet régional Prairies Montagne Vosgienne :
Mise en place et suivi d’un observatoire de 120 prairies de montagne pour la construction d’outils de diagnostic pour le développement agricole, et la validation du modèle FLORA-Predict. (Télécharger la plaquette du Programme).
A la demande des chambres d’agriculture du massif vosgien et du PNR des Ballons des Vosges, l'équipe AD a construit une typologie des prairies permanentes du massif vosgien. Cette typologie a permis de décrire la productivité (en tonnes de matière sèche produite par an) et la biodiversité des prairies du massif. Elle a abouti à un outil à destination des techniciens et des agriculteurs, afin d’évaluer rapidement le potentiel fourrager des prairies d’une exploitation. Ceci permet notamment d’éviter des achats inutiles de fourrages, ou d’intensifier sans raison des prairies qui ont déjà atteint leur potentiel. Cela permet également de rechercher les compromis entre biodiversité et production fourragère.

Correspondant Equipe Agriculture Durable : Sylvain Plantureux (responsable du projet)
Partenaires : Chambres d’agriculture 67, 68, 71, 88, PNR des Ballons des Vosges, Institut de l'Elevage

Projet Suivi de la biodiversité après conversion en Agriculture Biologique :
Ce travail s’inscrit dans la continuité des travaux réalisés au sein de l’équipe AD sur la prédiction de la diversité végétale à l’échelle de la parcelle. Le travail sera basé sur un dispositif d’expérimentation de deux systèmes de production agricoles innovants, en agriculture biologique situé sur l'Unité expérimentale de Mirecourt (Département SAD-INRA). Ce projet comporte un volet méthodologique qui vise à explorer les possibilités d’utilisation des traits biologiques dans le cadre de modèles de prédiction de la dynamique de la diversité végétale. Dans le cadre de la construction du modèle, la présence et l’organisation spatiale des différents éléments structurants du paysage seront prises en compte sous l’angle des choix réalisés par l’agriculteur. Ce travail vise à identifier les éléments de caractérisation qu’il est nécessaire d’étudier à l’échelle d’un territoire d’exploitation agricole afin d’évaluer les effets des modifications techniques qui découlent d’un changement de système de culture sur la biodiversité végétale.
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Bernard Amiaud (responsable du projet)
Partenaires : Catherine Mignolet (Unité INRA SAD ASTER Mirecourt)

GDR CNRS (2008-2011) Traits des espèces, diversité fonctionnelle et propriétés des écosystèmes : concepts et applications
La classification des services rendus par les écosystèmes présentée par le Millenium Ecosystem Assesment montre la diversité de ces services. L’objectif de ce thème est d’analyser les liens entre les services rendus par les écosystèmes agro-pastoraux (production de biomasse, qualité fourragère…), et la composition fonctionnelle de leur végétation, et plus particulièrement d’identifier les compromis et synergies existant entre les traits fonctionnels des espèces végétales impliqués dans différents services écologiques. L’utilisation d’outils existants (typologies fonctionnelles et modèle de prédiction) pour la prise en compte d’un ou plusieurs services écologiques permettra d’évaluer la valeur d’usage agronomique des prairies sur la base des traits fonctionnels des plantes et d’estimer la généricité de ce type d’outils de diagnostic.
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Bernard Amiaud (responsable du projet)
Partenaires : CEFE CNRS Montpellier (porteur projet), UMR EcoBio Université Rennes 1, CEMAGREF Grenoble, UMR CNRS IMEP Marseille.

 

Projets achevés
Réseau Excellence européen Endure (2007-2010) :
Développement d’un modèle mixte d’évaluation a priori des stratégies de réduction de pesticides DEXiPM (RA 2.4), évaluation et comparaison d’indicateurs pesticides (RA 3.3 et 3.4)
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Christian Bockstaller
Partenaires : EcoInnov INRA, Agroscope Zurich, Julius Kühn Institut Berlin

Projet européen SEAMLESS (System for Environmental and Agricultural Modelling Linking European Science and Society) (2005-2008),: (Site du projet)
Le projet intégré Seamless a été élaboré en réponse aux besoins de la Commission Européenne en matière de recherche sur les politiques publiques. Il vise au développement d’un système intégré d’approches participatives et de modèles informatiques permettant d’évaluer des options alternatives pour les politiques agricoles et environnementales. Le projet vise à faire le lien entre science et société européenne. La plate-forme informatique doit inclure des modèles quantitatifs permettant de simuler l’environnement biophysique et des développements économiques, à côté de procédures permettant l’évaluation d’aspects qualitatifs tels que la qualité de la vie ou les paysages.
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Christian BOCKSTALLER (co-animateur WP2)
Patenaires : Martin van Ittersum (Wageningen NL, responsable projet, Johanna Alkan-Olsson (Univ. Lund S animatrice WP2), 31 partenaires au total (NL, Fr, D, UK, I, P, S, DK, etc.)

Projet national ANR ADD IMPACT (2005-2008) :
Le projet vise à estimer les impacts marchands, non marchands et structurels des politiques agricoles, agri-environnementales et de leurs réformes.Le projet mobilise des économistes, des agronomes, zootechniciens, modélisateurs et statisticiens. Notre équipe Agriculture Durable intervient surle recensement critique et l’élaboration d’indicateurs de durabilité établis à partir de sorties de modèles et de données statistiques officielles disponibles.écrire 4-5 lignes : titre du programme et contribution de l’équipe
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Philippe GIRARDIN
Partenaires : Alban Thomas (responsable du projet; thomas@toulouse.inra.fr), + 8 équipes de recherche INRA + SCEES

Projet national ANR-ADD COPT (Conception d’Observatoires de Pratiques Territorialisées), (2005-2008)
L’originalité principale du projet vient de sa vision intégrative du concept d’observatoire en prenant en compte :1. Les attentes et les besoins des acteurs, dans une démarche de construction sociale de l’observatoire : compréhension de la perception, représentation formelle de cette perception, validation de la représentation.2. Les pratiques agricoles en les resituant au sein d’un territoire et en relation avec les enjeux et les rôles des acteurs.3. L’opérationnalisation de l’observatoire avec d’une part son institutionnalisation (qui le gère, qui l’anime, qui y accède, etc.) et son instrumentation sous forme d’une application informatique configurée à la suite du processus de co-construction, avec un système de collecte, de construction et de diffusion d’information.4. Le recours à un formalisme unifié pour exprimer les représentations produites à chaque étape et pour assurer la continuité du processus de conception et de mise en place.5. L’ouverture vers des échanges entre les observatoires et vers le changement de niveau d’organisation des pratiques agricoles.
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Christian BOCKSTALLER
Partenaires : Marc Benoit (responsable du projet) + 10 organismes de recherche et d’enseignement supérieur (Cemagref, CNRS, CIRAD, INRA, INRIA, IRD, Universités de Nancy et Rennes, ENGREFet ENGEES).

Projet national ANR-ADD Discotech (Dispositifs Innovants pour la conception et l'évaluation des systèmes techniques), (2005-2008)
L’objet de ce projet est de contribuer à un renouvellement des dispositifs (matériels et immatériels) pour la conception de systèmes techniques de production (animale ou végétale), en traitant de trois questions posées dans la communauté scientifique en relation avec l’évolution de ces dispositifs et le développement durable. Il est constitué de trois WP où sont traitées respectivement les questions suivantes : l’interaction entre chercheurs et autres acteurs dans la mise au point de systèmes techniques durables (WP1) ; l’analyse de la robustesse et de la flexibilité des systèmes techniques, leur permettant de durer (WP2) ; la production d'outils permettant d’évaluer rapidement a priori ou de piloter des systèmes de culture face un cahier des charges complexe lié au développement durable (WP3). Ce dernier WP a conduit à l’élaboration du modèle MASC.
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Christian BOCKSTALLER (dans WP3)
Partenaires : Thierry Doré (responsable du projet AgroParisTech) Stéphane Ingrand (UMR Metafort Clermont , Partenaires WP3 : INRA Agronomie Grignon, INRA Eco Innov Gringon, INRA AGIR Toulouse

Projet national-ANR MEDD Pesticides :
Le projet a consisté d’abord à faire le recensement des indicateurs pesticides existants dans la littérature (voir publication de l’ouvrage correspondant en 2005 : Indicateurs pour évaluer les risques liés à l’utilisation des pesticides – Devillers, Farret, Girardin, Rivière et Soulas, Tec&Doc, Lavoisier, France, 278p). La 2ème phase vise à tester la faisabilité, à valider quelques indicateurs (EPRIP, EIQ, I-PHY, ADSCOR) et à proposer des améliorations (modules d’impact sur les abeilles et les vers de terre, sur la biodiversité des bords de champ (2006-2007).
Correspondant Equipe Agriculture Durable : Philippe GIRARDIN (responsable du projet)
Partenaires : 2 équipes de recherche INRA + INERIS + CTIS

Principaux résultats et outils disponibles
Un résultat majeur a été l’élaboration de la méthode INDIGO®. Cette méthode est destinée aux agronomes, aux conseillers agricoles , voire aux agriculteurs, jusqu’aux chercheurs, travaillant sur la conception et l’évaluation des systèmes de culture. Elle peut être utilisée pour un diagnostic a posteriori (ex post) sur les systèmes de culture d’une exploitation ou d’une zone d’étude (ex : opération Agri-Mieux en régions Alsace et Lorraine) comme pour des évaluations a priori (ex ante) de systèmes de culture candidats à l’expérimentation, de scénarios d’amélioration des pratiques agricoles sur une exploitation, ou des performances environnementales d’un système de culture innovant. Les indicateurs de la méthode INDIGO® reposent sur plusieurs indicateurs calculés à l’aide de modèle opérationnels quantitatifs (ex : pertes d’azote) ou qualitatifs (ex : risques liés aux pesticides), intégrant l’information sur les pratiques agricoles mais aussi la sensibilité du milieu tout en n’utilisant qu’une information accessible sur l’exploitation agricole.
En grandes cultures (et pour partie sur prairies), elle est composée de 8 indicateurs : assolement, succession culturale, matière organique, phosphore, azote, produits phytosanitaires, irrigation et énergie. Plusieurs de ces indicateurs sont synthétiques dans le sens qu’ils agrègent plusieurs modules traitant d’une thématique environnementale. Ainsi les indicateurs phosphore, azote, produits phytosanitaires traitent respectivement de la fertilité des sols et de l’épuisement des ressources non renouvelables (P), du lessivage des nitrates, et des émissions gazeuses (ammoniac et protoxyde d’azote N2O), du risque pour les eaux souterraines, superficielles et l’air. Parmi l'ensemble des indicateurs, l'indicateur «Phytosanitaires» (I-PHY) et azote ont fait l'objet d'une forte demande. La méthode a été adaptée à la viticulture (avec le soutien l’IFV et du CIVC, travail de Marie Scholtus-Thiollet) à l’arboriculture (avec le soutien du CITFL, travail de Patricia Griffith), aux légumes de plein champ (avec le soutine du CTIFL, travail d’Olivier Keichinger).
Dans le passé, d’autres indicateurs sur des thématiques particulières ont été développés. Ainsi, un "indicateur Paysage" (http://indicateur.paysage.free.fr) permet d'évaluer l'impact des pratiques agricoles sur le paysage. Un indicateur "qualité de l'air" donne une estimation du risque de pertes en NH3, N2O, CH4 induit par les pratiques agricoles (thèse Joséphine Peigné). Enfin, une méthode de création de tableau de bord à partir d’une batterie de plusieurs dizaines d’indicateurs à été développée avec des applications pratiques (cas de la gestion à l’échelle d’une région d’une plante invasive : exemple de l’ambroisie)

Parallèlement à ces travaux de développement d’une méthode, l’équipe a aussi investi des questions méthodologiques autour de la construction d’indicateurs. Elle a formalisée une démarche de construction des indicateurs en 5 étapes :
1. Définition des utilisateurs et des objectifs
2. Construction des indicateurs
3. Détermination des références
4. Test de sensibilité
5. Validations
Pour ce qui est de la construction des indicateurs, l’équipe a exploré des méthodes d’agrégation jusqu’alors peu utilisée par les agronomes, méthodes multricritères par sur classement de type Electre, arbres de décisions associant des sous-ensembles floues et plus récemment des méthodes de fouille de données, et l’utilisation de modèle de simulation complexe pour la construction d’indicateurs. Une méthode de validation des indicateurs à l’instar de ce qui se fait en modélisation a aussi été formalisée. Le changement d’échelle a aussi été abordé avec la question de l’agrégation des résultats parcellaires à l’échelle d’un bassin versant pour l’indicateur I-Phy (thèses de M. Thiollet-Scholtus et Julie Wohlfahrt). Ces dernières années, avec l’ « explosion » de travaux sur indicateurs, nous avons réalisé plusieurs études d’évaluation et de comparaison d’indicateurs: INDIGO et Analyse de cycle de vie, indicateurs de risque pesticides, méthodes d’évaluation de la durabilité, etc.

eFLORAsys, pour évaluer la valeur fourragère et environnementale des prairies : eflorasys.inpl-nancy.fr

Plus récemment, dans le cadre des ces travaux sur la biodiversité, l’équipe a développé une application, e-FLORA-sys ouverte à tous les écologues et les agronomes qui s’intéressent aux agro-écosystèmes prairiaux-. e-FLORA-sys est un outil collaboratif gratuit disponible via internet (http://eflorasys.inpl-nancy.fr), afin de fournir un outil de recherche et décision. Le système est basé sur des bases de données décrivant les caractéristiques de la plupart des espèces des prairies européennes (indices écologiques, caractéristiques biologiques des végétaux, productivité et qualité du fourrage), la composition floristique, les pratiques agricoles, le sol et les caractéristiques du climat, les associations végétales. A partir de cette information, le système calcule des indices d'évaluation de la valeur agronomique et écologique et de gestion des prairies. Par exemple, les indices de valeur fourragère et de valeur pollinisatrice des prairies sont calculés par e-FLORA-sys. Les utilisateurs peuvent enregistrer librement leurs propres observations (relevés botaniques, les pratiques agricoles, ...), qui sont protégés par un dispositif de droits. L'un des objectifs clés d’e-FLORA-sys est de produire en temps réel des informations utiles pour les décideurs et les scientifiques concernés par la gestion ou la compréhension du fonctionnement des prairies.

Bibliographie récente liée aux thématiques de recherche

 

mise à jour 24.01.11